Position de Fevia sur les déchets sauvages

13.02.2017

Pour une véritable lutte contre les déchets sauvages

Les déchets sauvages constituent un problème environnemental majeur en Belgique. De très nombreux types de déchets se retrouvent dans les déchets sauvages et les dépôts clandestins. Les emballages de boissons, souvent considérés comme les principaux constituants des déchets sauvages, n’en constituent pourtant qu’une fraction. La Belgique est en outre championne européenne en matière de recyclage des emballages. Une consigne sur ces emballages de boissons, souvent présentée comme la solution miracle dans la lutte contre les déchets sauvages, ne va donc pas résoudre le problème. Pour rendre nos Régions plus propres, FEVIA plaide pour une approche holistique impliquant tous les acteurs et s’attaquant à l’ensemble des déchets sauvages.

Cette approche holistique doit avoir pour objectif de créer un vaste mouvement sociétal pour la propreté publique. Le fait de jeter quelque chose dans son environnement ou de déposer des déchets dans des endroits non prévus à cet effet doit devenir tabou. L’approche est basée sur cinq piliers complémentaires :

  1. Sensibilisation du citoyen dès son plus jeune âge via des campagnes, des formations, du nudging,…
  2. Amélioration de l’infrastructure liée à la propreté (poubelles,…)
  3. Mise en place d’une véritable politique de répression des gestes inciviques
  4. Augmentation du sentiment d’appartenance à un vaste mouvement populaire (campagne de nettoyage, système de récompense pour un engagement concret,…)
  5. Amélioration de l’environnement public (chasse aux graffitis, nettoyage rapide,…)

Pour FEVIA, le phénomène des déchets sauvages est une responsabilité partagée. C’est la raison pour laquelle FEVIA a signé aux côtés de FOST Plus et de Comeos des conventions avec les Ministres de l’environnement et de la propreté publique des trois régions du pays. Les entreprises qui mettent des produits emballés sur le marché financent, via FOST Plus, les programmes d’action ambitieux BeWapp en Wallonie (www.walloniepluspropre.be) et Indevuilbak en Flandre (www.indevuilbak.be) et apportent leur soutien à des actions concrètes en Région de Bruxelles capitale. Le secteur du chewing-gum réfléchit lui aussi à une contribution concrète au plan d’action. De plus, de nombreuses entreprises alimentaires appliquent concrètement les cinq piliers de l’approche holistique.