Création d’emploi dans l’industrie alimentaire

L’emploi progresse encore

En 2021, l'industrie alimentaire était de loin le plus grand employeur industriel de Belgique. Il y avait 97 996 emplois dans le secteur. Par rapport à 2020, plus de 2 300 postes de travail ont été créés cette année, soit une augmentation de 2,4 %. Cela s’inscrit dans l’augmentation continue du nombre de jobs que connait l’industrie alimentaire depuis 2015 (et même depuis 2010 si l’on exclut les boulangeries artisanales).

Le reste de l’industrie manufacturière a aussi connu une augmentation en nombre d’emplois, bien que de moindre ampleur (+760 postes de travail, soit 0,2 % de plus).

En raison de l’évolution divergente, la part de l’industrie alimentaire dans l’emploi industriel augmente encore en conséquence. De 18,6 % en 2014, elle est passée à 20,5 % en 2021.

Recours au chômage temporaire

L’industrie alimentaire, fortement impactée par la fermeture totale ou partielle de nombreux debouchés (horeca, foodservice, export) en 2020, a recourir au chômage temporaire pour force majeure corona, principalement au 2ième trimestre.

En 2021, le volume d’emploi s’est redressé et a retrouvé son niveau pre-covid. Il faut cependant noter que les entreprises ont encore eu besoin de la mesure de chômage temporaire pour faire face aux différentes vagues de covid.

Le reste de l’industrie manufacturière a également connu une relance de l’emploi, mais son niveau reste encore largement en-dessous de celui des années précédentes.

 

Répartition de l’emploi

Les 3 plus grands secteurs en termes de nombre d'emplois sont le secteur de la boulangerie, l'industrie de la viande et le secteur de la transformation et la conservation de fruits et de légumes, représentant ensemble 52 % de l'emploi total.

Par rapport à 2008, l’emploi dans les entreprises de moins de 50 travailleurs a relativement baissé (- 9 points de pourcent) au profit des grandes entreprises de plus de 500 travailleurs (+9 pp). A noter que le recul dans les plus petites entreprises est surtout dû à la disparition des boulangeries artisanales.