Formations

Postes vacants dans les métiers en pénurie

L’industrie alimentaire compte un grand nombre de postes vacants dans les métiers en pénurie. En Flandre, il s’agit surtout de profils techniques. Par exemple, près de 85 % du nombre de postes vacants pour un technicien de processus et méthodes de production restent ouverts plus de 90 jours. Pour un technicien d’installations industrielles, 36 % du nombre de postes vacants restent même ouverts pendant 180 jours. Outre ces profils industriels généraux, certains profils spécifiques au secteur alimentaire comme les découpeurs, les bouchers, les boulangers, et les collaborateurs de production sont particulièrement difficiles à trouver.

En Wallonie, la situation est similaire. Ainsi, chacun de ces profils est inscrit sur la liste des fonctions en pénurie du Forem. Ces métiers en pénurie sont ceux pour lesquels on observe d’une part, des difficultés de recrutement des entreprises parmi les candidats potentiels (problème de qualification, expérience nécessaire, maitrise des langues, conditions de travail, etc.) et d’autre part, une pénurie de main d’œuvre, c’est-à-dire que pour ces métiers, on note également un manque quantitatif de candidats.

Source: VDAB

Formations chez Alimento

En 2018, plus de 7 entreprises sur 10 employant plus de 20 travailleurs ont participé à des formations dispensées par Alimento, le fonds sectoriel de l’industrie alimentaire. Les plus petites entreprises sont relativement moins nombreuses dans le cas.

Dans l’industrie alimentaire, plus d’un travailleur sur 5 a suivi une formation en 2018. C’est une forte progression par rapport à dix ans plus tôt : en 2008, la participation n’était que de 1 sur 7 (14,5 %).

A noter que les formations spécifiques au secteur alimentaire (sécurité alimentaire, hygiène, qualité, technologie alimentaire, …) ont été les plus populaires avec une part de 30 % de l’ensemble des formations dispensées.

Source: Alimento