Stimuler l’innovation

La recherche d’un mode de vie sain, l’évolution des goûts ou la numérisation accrue : ce ne sont que quelques-uns des nombreux bouleversements et défis sociétaux ayant un impact sur notre secteur et ses chefs d’entreprise. Dans une société en évolution constante, le développement de nouveaux produits et processus innovants est essentiel pour préserver la compétitivité des entreprises alimentaires.  

L’aspect Recherche et Développement (R&D) est donc crucial pour l’avenir du secteur alimentaire. Mais l’industrie alimentaire reste un véritable secteur de PME. Et ce sont précisément ces PME qui ne disposent pas toujours d’une masse critique pour développer des projets et des programmes R&D.  

C’est pourquoi une politique d’innovation ambitieuse et stimulante, axée sur les PME, s’impose. Ces dernières années, les autorités et l’industrie alimentaire ont fait des progrès significatifs en soutenant et en développant un pôle de pointe agroalimentaire et le pôle Flanders’ FOOD en Flandre et le Pôle de compétitivité Wagralim en Wallonie. Les deux organisations visent à regrouper et renforcer la capacité d’innovation des entreprises alimentaires et des institutions scientifiques pour faire de la Belgique, de la Flandre et de la Wallonie une région au top en matière d’innovation.    

À présent, nos entreprises alimentaires doivent faire de l’innovation une priorité. C’est pourquoi les autorités doivent continuer à encourager l’innovation guidée par la demande dans l’industrie alimentaire.

Qu’attendons-nous des responsables politiques ?

Fédéral

  • Optimiser la réduction du précompte professionnel (l’augmenter jusqu’à 100 %) et l’étendre à l’ensemble du personnel en charge des projets R&D. 
  • Poursuivre les efforts pour modifier la législation sur les normes des produits alimentaires afin qu’elle ne fasse plus obstacle à l’innovation.

Flandre

  • Continuer à soutenir et à renforcer le pôle de pointe agroalimentaire et le pôle Flanders’ FOOD. 
  • Le pôle de pointe représente plus de 300 entreprises alimentaires flamandes. Le plafond de 500.000 € limite la capacité du pôle de pointe et ralentit l’innovation dans les entreprises. Les entreprises y contribuent pour plus de 50 %. Les fonds destinés à l’organisation de pôle doivent être proportionnels au nombre de membres et à leur participation financière.       
  • Prévoir davantage de moyens pour soutenir des projets d’upscaling car c’est souvent ce qui bloque les PME.

Wallonie

  • Soutenir les entreprises alimentaires wallonnes dans leurs efforts d’innovation en poursuivant le développement du pôle de compétitivité Wagralim.   
  • Prévoir un financement stable pour Wagralim dans la durée et donner au pôle de compétitivité un rôle central en matière d’innovation dans les PME wallonnes, en étroite collaboration avec les autres pôles de compétitivité wallons.  
  • Revoir la façon dont les pôles de compétitivité gèrent les projets et la collaboration afin de les faciliter et renforcer la collaboration avec les administrations. 
  • Prévoir des ressources spécifiques pour accompagner les PME wallonnes dans la transition numérique. 

Europe

  • Nouveau programme Interreg pour subventionner une infrastructure pilote.  

Actualités