Les entreprises alimentaires flamandes font des économies d’énergie par le biais du projet EFES

Nicole Verstraeten
04.06.2018

Avec le projet Easy Food Energy Savers, ou EFES, le gouvernement flamand et Fevia Vlaanderen soutiennent les PME de l’industrie alimentaire pour faire des économies d’énergie – et donc réduire les coûts. 50 % des entreprises visitées mettent déjà des mesures d’économie d’énergie en œuvre. L’ « ontzorger » Dirk Van den Broecke appelle aussi d’autres entreprises à rejoindre le projet.

Débuts

Début 2017, le ministre flamand de l’Énergie Bart Tommelein et Fevia Vlaanderen ont lancé le projet pilote Easy Food Energy Savers pour rendre les entreprises alimentaires flamandes plus économes en énergie. Les PME peuvent, pendant deux ans, faire appel à l’ontzorger Dirk Van den Broecke pour réduire leur consommation d’énergie.

Qu’est-ce que le projet EFES ?

EFES signifie ‘Easy Food Energy Savers’. Il ne s’agit donc pas tant d’interventions innovantes et de haute technologie, mais plutôt de mesures simples pour réduire l’utilisation de l’énergie. Il suffit de penser à l’éclairage, aux fuites ou à l’isolation. L’EFES souhaite réduire les seuils d’efficacité d’énergie des PME et faire prendre conscience aux entreprises que de petites interventions peuvent déjà avoir un grand effet sur leur facture d’énergie.

La plupart des entreprises donnent la priorité à la production et tout ce qui y est lié au niveau de la qualité, de la sécurité alimentaire et de la sécurité du personnel. Le manque de temps, de moyens ou de connaissances expliquent souvent pourquoi les entreprises ne s’attaquent pas au problème de la consommation d’énergie. En tant qu’organisation sectorielle, Fevia Vlaanderen souhaite aider les PME à ce sujet en leur permettant de faire appel gratuitement à l’ « ontzorger ». Un petit coup de pouce qui sera le bienvenu !

Toutes les entreprises entrent-elles en ligne de compte ?

Le projet EFES s’adresse aux PME à faible consommation d’énergie, avec une utilisation primaire inférieure à 0,1 petajoule par an. Les autorités flamandes octroient les subsides, auxquels tant les membres que les non-membres de Fevia Vlaanderen peuvent faire appel.

Que fait l’ « ontzorger » ?

Avant de se rendre dans une entreprise, l’ « ontzorger » fournit une checklist afin de se faire une idée de la consommation et des coûts d’énergie actuels. Lors de sa visite à proprement parler, il observe la production en soi, mais surtout les installations techniques pour les ‘utilities’. Il dresse ensuite un rapport avec une liste des mesures possibles, classées en fonction de leur temps de récupération. Après quelques semaines, l’ « ontzorger » recontacte l’entreprise pour analyser l’intérêt de la réelle mise en œuvre. Si l’entreprise le désire, des devis peuvent être demandés et évalués. Enfin, l’ « ontzorger » regarde si l’entreprise entre en ligne de compte pour recevoir des primes éventuelles.   

Combien d’entreprises l’ « ontzorger » peut-il aider ?

Sur ces deux années, l’ « ontzorger » devrait visiter 50 entreprises. Il en a déjà visité quinze durant les six premiers mois ; le projet est donc sur la bonne voie. Six d’entre elles mettent désormais ces mesures réellement en œuvre, mais il est difficile de quantifier les résultats exacts de ces mesures. Quoi qu’il en soit, ces chiffres montrent déjà que ce projet était nécessaire et que les entreprises réagissent positivement à cette offre unique : « Tant celles qui doivent encore franchir ces premiers pas, que celles qui sont déjà en bonne voie. »

Qu’attendez-vous?

Contactez l’ « ontzorger » dès aujourd’hui et prenez votre consommation d’énergie en charge ! Mesurer c’est savoir, comme dit l’adage, mais si vous ne faites rien avec vos données, vous n’irez pas de l’avant. Nous préférons donc le dire différemment : prenez des mesures et observez les résultats pour votre entreprise.

Contactez Dirk Van den Broecke, l’ “ontzorger” de l’EFES

Lisez ici l'interview avec Dirk Van den Broecke dans Food Process Magazine