La Brasserie Leopold 7 et la boulangerie Champain empêchent ensemble les pertes alimentaires

22.09.2020

Quelques kilomètres seulement séparent la Brasserie Leopold 7 et la boulangerie Champain. Toutes les deux soutiennent une production alimentaire durable. Il n'en fallait pas plus pour que les fondateurs Charles-Edouard Jolly (de la boulangerie Champain) et Nicolas Declercq (de la Brasserie Leopold 7) développent une idée simple, mais originale : valoriser leurs flux connexes tout en évitant les pertes alimentaires. En bref, le circuit-court en pratique !

Dans un premier temps, la boulangerie va fournir à la brasserie ses pains invendus, pour les transformer dans ses bières. Concrètement, la Brasserie Léopold 7 va remplacer une partie des céréales utilisées par du pain. Mais qui dit nouvelle matière première dit aussi défi supplémentaire. Tout l’enjeu est de garder le goût de la Leopold 7 identique. Les nouveaux partenaires y vont donc par étape. A terme, l'idée est d’utiliser jusqu’à 10% de pain, souligne Olivier van Hulsel, directeur de la brasserie.

Et l'histoire continue. A son tour, la brasserie va renvoyer les céréales filtrées qui restent après le brassage à la boulangerie, pour qu’elle en fasse du pain. Et Thibaut Laffut, gérant de la boulangerie, a plus d’un tour dans son sac…il remplace également l'eau qui sert généralement à la fabrication du pain, par de la Leopold 7. En plus d’un apport au niveau du goût, la levure de la bière va permettre au pain de lever.

L’initiative de la brasserie Leopold 7 et la boulangerie Champain est un bel exemple d’entrepreneuriat circulaire. La collaboration originale valorise les flux connexes et empêche les pertes alimentaires. La Brasserie Leopold 7, qui grâce à une équipe de passionnés vend plus de 1 million de bouteilles par an, reste ainsi fidèle aux 4P du développement durable : People, Planet, Participation & Perpetuity.

L'initiative a été mie à l'honneur dans un reportage du JT de la RTBF. Pour le (re)voir, cliquez ici