Un vent de changement souffle chez Chimay

13.10.2020

Produire 90 % d'électricité verte, soit environ 5.200 mégawattheure par an. Tel est l'objectif de la brasserie Chimay, qui a installé une éolienne sur son site de production à Baileux. La turbine sera utilisée pour alimenter l'usine d'embouteillage toute proche. L'excédent d’électricité sera injecté dans le réseau public. Xavier Pirlot, General Manager de Bières de Chimay : « Notre credo est de laisser le monde dans le meilleur état possible pour les générations futures, avec le moins d'impact possible. »

Pieuse tradition

Les moines de Chimay ont commencé à produire de la bière et du fromage en 1850. Aujourd'hui, le groupe Chimay compte plus de 250 collaborateurs, et les producteurs laitiers de la région environnante tirent également profit de ce voisinage. Chimay ne s'intéresse pas seulement à l'aspect humain de la brasserie, mais s'engage aussi pour la planète et l'environnement. Depuis sa fondation, sa brasserie et sa fromagerie ont destiné la majeure partie de leurs bénéfices à l'aide sociale.

Production durable de bière et de fromage

L'installation de l'éolienne permet au groupe Chimay de produire ses bières et ses fromages de manière plus durable et plus autonome. Chaque année, la brasserie investit entre 3 et 5 millions d'euros dans ses équipements et ses bâtiments, et ce, toujours dans une optique de durabilité, de production de haute qualité et d'efficacité énergétique accrue. En 2019, 1.200 panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit du bâtiment et une nouvelle ligne d'embouteillage plus efficace et plus économique en énergie a vu le jour.

La nouvelle éolienne s'inscrit dans un plan de développement durable conçu en collaboration avec Belgian Eco Energy (Bee), une entreprise belge qui développe des projets d'énergie renouvelable sur mesure. Pour Bee, ce projet illustre son expertise et montre pourquoi elle est le partenaire idéal pour les entreprises désireuses de tourner le dos aux énergies conventionnelles.

L'industrie alimentaire wallonne joue un rôle de premier plan

Le projet de Chimay s'inscrit dans le cadre des accords sectoriels sur l'utilisation de l'énergie, l'un des principaux points d’attention des entreprises alimentaires wallonnes depuis 2000. Grâce à ces « accords de branche », les entreprises les plus énergivores s'engagent, sur une base volontaire, à améliorer leur efficacité énergétique et à réduire leurs émissions de CO2. En retour, elles bénéficient d’avantages financiers et administratifs pour améliorer leur compétitivité.

Votre entreprise alimentaire a-t-elle quelque chose à partager ?
Découvrez ce que Fevia peut faire pour vous avec ses 3 nouveaux formats de contenu​​